**** GLENCORE, J'Adore !!! ****




Par Petra Blum, Will Fitzgibbon, Edouard Perrin et Oliver Zihlmann (ICIJ), Frederik Obermaier et Bastian Obermayer (Süddeutsche Zeitung) et Joan Tilouine pour Le Monde.
Au deuxième étage du siège d’Appleby, aux Bermudes, se trouve une pièce banale, meublée d’un bureau sur lequel sont posés un ordinateur, un chéquier, un téléphone et un fax. Rien n’indique qu’elle renferme les mystérieux circuits financiers des mines du Katanga, à l’est de la République démocratique du Congo (RDC), et les petits secrets de la société anglo-suisse Glencore Plc. Glencore, le géant mondial du négoce et de l’extraction de matières premières, réputé pour ses méthodes agressives est, avec ses 107 sociétés offshore, l’un des clients les plus importants d’Appleby. Entre les deux groupes, c’est une vieille histoire.
De nationalité américaine, belge, israélienne, espagnole et suisse, Marc Rich fonde Glencore en Suisse au milieu des années 1980, alors qu’il est en cavale, recherché par la justice américaine pour une soixantaine de chefs d’inculpation, dont la violation de l’embargo avec l’Iran. Ce qui n’empêche pas Appleby de gérer une partie des affaires du fugitif traqué par le FBI. A la mort de Rich, en juin 2013, un responsable du cabinet d’avocats salue la mémoire d’un « véritable titan de l’entreprise de notre époque », dans un message à la direction juridique de Glencore. Le groupe emploie désormais 800 employés à son siège suisse et a enregistré un chiffre d’affaires de plus de 170 milliards de dollars l’an dernier.
Le bureau insignifiant au siège d’Appleby est d’ailleurs surnommé en interne la « Glencore room ». Des millions de dollars y ont transité, transférés par Glencore Plc, dont le siège social se trouve à Baar, dans le canton suisse de Zoug, vers les Bermudes, probablement pour échapper aux impôts ou pour acheter des mines dans la plus grande opacité. Tel a été le cas, il y a dix ans, en RDC, l’un des pays...

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/paradise-papers/article/2017/11/07/les-107-societes-offshore-du-geant-minier-glencore_5211600_5209585.html#u3oJyIVZZP7L6pvv.99


Depuis, l'acide a coulé dans les rivières, les champs des Agriculteurs, Et l'argent coule à flots... Depuis Vos Smartphones, trams, tablettes, lignes électriques, vélos et automobiles électriques...

À QUAND LE PROCHAIN DESASTRE PLANETAIRE ??? 

Commentaires

  1. Extrait Du Monde En Date Du 18 Novembre 2017 :"Il fut un temps où Ivan Glasenberg était un des rois du charbon, du cuivre et du zinc, qui avaient fait de lui un multimilliardaire en dollars, puissant et redouté. Un temps pas si lointain, en 2010, où Glencore (Global Energy Commoditity Resources) affichait déjà un chiffre d’affaires supérieur à celui d’un autre géant suisse plus connu, Nestlé. Plus dure est la chute.
    Avec l’effondrement de l’action du groupe (mines et négoce), lundi 28 septembre à la Bourse de Londres (- 29,4 %), et mardi matin à Hong Kong (- 27,5 %), son patron a perdu une fortune. Et la société, dont il est le premier actionnaire, joue désormais sa survie, pronostiquent les analystes les plus pessimistes. Pire, la chute de Glencore a contaminé le secteur et les experts pensent que M. Glasenberg, patron très peu disert, devrait s’exprimer publiquement sur les perspectives de sa société.
    Il l’a fait par voie de communiqué, mardi, de façon lapidaire. Il a suffi de quelques lignes rassurantes publiées en début d’après-midi, affirmant que l’entreprise n’a « absolument aucun problème de solvabilité », pour que le titre reprenne 20 % (à 82,47 pence) sur le London Stock Exchange.
    La veille, c’est une note alarmante de la banque britannique Investec sur Glencore, très endetté et frappé par le recul des prix lié au ralentissement de la demande chinoise, qui avait fait paniquer les investisseurs. Si les cours du cuivre, du charbon, du zinc et du nickel restent déprimés, comme les experts le prédisent à court terme, « presque toute la valeur de Glencore pourrait s’évaporer », prévenaient les analystes d’Investec, une banque dont les études font autorité dans le secteur du pétrole et des matières premières.
    La demande chinoise s’essouffle
    D’autres sont toutefois moins pessimistes, comme les analystes de Sanford C. Bernstein, qui jugent que le marché a surréagi. Ils font remarquer que suivant le calcul fait, Glencore peut valoir 25 milliards... ou 100 milliards de dollars. Ils soulignent notamment que son secteur du négoce, unique par rapport à celui de ses concurrents, est une boîte noire : si la société dévoile le volume de ses transactions, elle ne révèle pas le type de pari fait sur telle ou telle matière première. Cela rend cette activité plus difficile à valoriser que celle de l’extraction minière.
    Il reste que la multinationale traîne une dette de 30 milliards de dollars (26,73 milliards d’euros), plus lourde que celle de ses concurrents Rio Tinto, BHP Billinton ou Anglo American. Avant la chute du début de la semaine, cet endettement représentait la moitié de sa capitalisation. Les perspectives ne sont pas réjouissantes pour Glencore, à court terme du moins, car il ne fait guère de doute que les pays émergents, la Chine en tête, auront besoin de cuivre, de fer, de nickel, de zinc et de toutes sortes de matériaux pour assurer la poursuite de leur industrialisation et de leur urbanisation.
    Mais pour l’heure, la demande en provenance de Chine, premier consommateur de matières premières de la planète, s’essouffle. Les profits du secteur industriel y ont baissé de 8,8 % sur un an. Les derniers chiffres de la production industrielle chinoise ne sont pas bons, et le monde déborde de produits comme le pétrole, le charbon et le cuivre, alors que les prix sont au plus bas depuis la crise financière de 2008."

    RépondreSupprimer
  2. File-Moi Juste Un Million, Histoire de M'Equiper Et Je Vous Changerai La Face Du Monde... Notre Monde à Nous Toutes Et Tous...

    RépondreSupprimer
  3. Même "Juste" 15 000 €uros... ça Suffira, Va...Avant de Réinventer le capitalisme... Pour Qu'Il Soit Enfin... Plus HUMAIN. Et Plus JUSTE.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci De Mes P'Tits Mots... Puisque C'Est Trop Long d'Ecrire... Couvrez-Vous, De Partout !!!

Articles les plus consultés

Articles les plus consultés